« Bibliopol@ » : matériaux pour servir à l'histoire du commerce des livres à la Renaissance


Le projet

Index librorum prohibitorum, Anvers, Christophe Plantin, 1570, 8° (Liège, Bibliothèque Alpha, R3567A) Le projet Bibliopol@ ambitionne de proposer en ligne des éditions numériques de documents et un outil de gestion de l'information en relation avec le commerce des livres à la Renaissance. Il souhaite ainsi contribuer à améliorer nos connaissances des structures de diffusion du livre, qui constituent le véritable moteur de la révolution de Gutenberg, et leur évolution.

Pour son lancement, Bibliopol@ propose l'édition d'archives en provenance de la commission qui a présidé à la confection de l'Index d'Anvers en 1570. Il s'agit de listes de livres établies à la suite de perquisitions effectuées chez les libraires et imprimeurs des anciens Pays-Bas, le même jour, le 16 mars 1569. Des listes des livres orthodoxes et suspects furent dressées sur place par des inquisiteurs, des théologiens et des officiers de justice. Ces documents furent ensuite envoyés à Bruxelles au mois de juin, alimentant le travail de la commission en charge de produire l'Index qui paraîtra au début de l'année 1570 chez Christophe Plantin.

Certains de ces inventaires sont encore conservés aux Archives générales du Royaume à Bruxelles et concernent le Hainaut, la Flandre, la Picardie et le Brabant. Cette documentation offre un instantané inédit des livres en circulation dans de nombreuses villes des Pays-Bas méridionaux.


Illustration : Index librorum prohibitorum: cum regulis confectis per patres a Tridentina synodo delectos, auctoritate sanctissimi domini nostri Pii IIII pontificis maximi comprobatus, cum appendice in Belgio ex mandato regiae catholicae majestatis confecta, Anvers, Christophe Plantin, 1570, 8° (Liège, Bibliothèque Alpha, R3567A)


L'édition numérique

Nous proposons ici l'édition en ligne de la liste établie à Mons, en raison de son extrême précision. Elle constitue en outre un casus des plus intéressants, puisque cette ville est située en périphérie des principaux centres d'imprimerie et en dehors des grands pôles intellectuels. La liste montoise mentionne un peu moins de 1600 livres pour lesquels sont précisés non seulement le ou les auteurs et le titre mais aussi les adresses bibliographiques, donc les lieux et dates d'impression. Grâce au soin et à la rigueur du notaire chargé de rédiger ce document, nous disposons là d'une source de tout premier ordre pour l'étude du marché du livre en Hainaut dans le second tiers du XVIe siècle :

Conseil des troubles, 22, ff. 65v-66r. - Source : Bruxelles, Archives générales du Royaume. Inventaire des livres trouvés chez les libraires montois le 16 mars 1569 (n.s.)
(Bruxelles, Archives générales du Royaume, Conseil des troubles, 22)
Première publication (PDF) : 28/11/2018

La liste montoise a été transcrite in extenso, avec en appel de note des identifications et un renvoi vers la base de données de l'USTC (Universal Short Title Catalogue), des catalogues de bibliothèque en ligne ainsi que plusieurs outils bibliographiques. Les ouvrages sont classés par langues et en fonction de leur orthodoxie. Quelque 750 titres sont rangés dans la catégorie des livres en latin et un nombre identique apparaît dans celle des livres en français, ainsi qu'une centaine sous la rubrique des livres prohibés. Le comité envoyé à Mons se compose de quatre émissaires : l'inquisiteur Jean Bonhomme, Pierre de Behault, licencié en théologie, Jean de Glarges, bachelier, et François Robert, échevin de la ville de Mons. Les noms des libraires visités ne sont malheureusement pas mentionnés, ce qui aurait assurément fourni des données très précieuses sur la situation du marché du livre montois.

Structure du document

[fol. 1r] Livres en latin
[fol. 32r] Livres en français
[fol. 63r] Livres suspects et prohibés


À terme, le document sera traité et encodé en XML-TEI d'après les principes éditoriaux de la base Epistemon (édition électronique de textes français du XVIe siècle du programme BVH) appliqués de façon souple afin de permettre une meilleure extraction des données bibliographiques.

Le projet a été initié en octobre 2017 à la faveur d'une bourse Marie Curie au STUDIUM – Loire Valley Institute fof Advanced Studies, en partenariat avec le programme « Bibliothèques Virtuelles Humanistes ».

Illustration : Bruxelles, Archives générales du Royaume, Conseil des troubles, 22, f. 66r. Crédits : Archives générales du Royaume.


Documentation

  • R. Adam, ‘Men and books under watch' : the Brussels' book market in the mid-sixteenth century through the inquisitorial archives, dans Shanti Graheli (éd.), Buying and Selling : The Early Book Trade and the International Marketplace, Leyde-Boston, 2019, sous presse.
  • R. Adam, « Tracing Lost Editions of Parisian Printers in the Sixteenth Century: The Case of Jean Bonfons and his Widow », dans The Library. Transactions of The Bibliographical Society, à paraître.
  • R. Adam, N. Bingen, Lectures italiennes dans les pays wallons à la première Modernité (1500-1630), avec des Appendices sur les livres en langue italienne et sur les traductions de l'italien en français. Préface de Chiara Lastraioli, Turnhout, Brepols, 2015.
  • J. M. De Bujanda (éd.), Index d'Anvers 1569, 1570, 1571, Sherbrooke-Genève, 1988.
  • H. Vanhulst, Les éditions de musique polyphonique et les traités musicaux mentionnés dans les inventaires dressés en 1569 dans les Pays-Bas espagnols sur ordre du duc d'Albe, dans Revue belge de musicologie, 31 (1977), p. 60-71.


Renaud Adam, 28 novembre 2018